Vous êtes une femme âgée de 25 à 45 ans?

Vous êtes à risque de contracter le VPH.

Demandez à votre médecin des renseignements sur la prévention.

Semaine de la prévention du VPH - du 1er au 7 octobre 2017

Qu'est-ce que le VPH?

Le virus du papillome humain (VPH) est un virus courant et très contagieux transmis au contact de la peau durant les rapports sexuels par voie génitale, anale ou orale.

Faits saillants

Environ 75 % des Canadiens sexuellement actifs contracteront le VPH au moins une fois au cours de leur vie.

Faits saillants

Il existe plus de 100 types différents de VPH. Une quarantaine d'entre eux infectent les voies génitales et au moins 15 peuvent causer le cancer.

Chez les femmes, le VPH est lié au cancer du col de l'utérus, de la vulve et du vagin; chez les hommes, il est responsable du cancer du pénis. Chez les femmes comme chez les hommes, ce virus engendre le cancer de l'anus, de la bouche et de la gorge.

Verrues génitales et cancers causés par le VPH

Les verrues génitales constituent souvent le seul signe visible d'infection par le VPH. Ces petites excroissances peuvent apparaître sur les organes sexuels ou à l'intérieur de ceux-ci plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plusieurs années après un contact sexuel. Le plus souvent, le VPH se résorbe complètement, mais parfois, ce virus demeure dissimulé dans l'organisme et se réactive plus tard, pour causer des verrues génitales. Les souches 6 et 11 du VPH sont toutes deux responsables de 90 % des cas de verrues génitales.

Le cancer du col utérin, ou cancer du col de l'utérus est presque exclusivement causé par le VPH. Chaque année au Canada, près de 1 500 femmes reçoivent un diagnostic de ce type de cancer et 400 femmes en décèdent. Dans le monde entier, les souches 16, 18, 31 et 45 correspondent aux quatre souches de VPH les plus couramment associées au cancer du col utérin.

Continuer la lecture

Prévention du VPH

Plus on découvre rapidement les conséquences d'une infection par le VPH, meilleures sont les chances de le combattre. Voici des moyens d'assurer le dépistage précoce de ce virus :

Test de Pap – Pour les femmes la meilleure défense contre le cancer du col utérin consiste à passer régulièrement le test de Pap. Cet examen du col de l'utérus permet de détecter la présence de cellules anormales qui pourraient engendrer un cancer plus tard. Les femmes devraient consulter un professionnel de la santé tous les deux ans pour subir un test de Pap, ou suivre les lignes directrices de leur province à ce sujet.

Test de dépistage de l'ADN du VPH – En général, le test de dépistage de l'ADN du VPH est recommandé aux femmes de plus de 30 ans dont les résultats du test de Pap indiquent des anomalies particulières. Ce test vise à déceler la présence du VPH dans les cellules. Le cas échéant, votre médecin recommandera d'autres examens. Le test de dépistage de l'ADN du VPH n'est pas disponible dans toutes les régions du Canada, à l'heure actuelle.

Examen médical – Le test de Pap et le test de dépistage de l'ADN du VPH sont offerts aux femmes seulement. Néanmoins, les médecins peuvent examiner leurs patients masculins pour déceler des verrues génitales causées par le VPH et détecter des signes des cancers du pénis, de l'anus, de la bouche et de la gorge. Les hommes ainsi que les femmes devraient passer régulièrement un examen médical, s'ils croient courir un risque de contracter le VPH ou toute autre infection transmissible sexuellement.

L'immunisation est efficace

Le tout dernier vaccin nonavalent protège contre les neuf types de VPH que l'on sait être à l'origine d'environ 90 % des cancers du col utérin, 80 % des précancers du col utérin, 75 % des cancers et des lésions précancéreuses de la vulve, du vagin et de l'anus, et plus de 90 % des verrues génitales.

La vaccination enregistre un taux d'efficacité pouvant atteindre 90 %. Elle prévient l'infection par les types de VPH qui sont responsables de la plupart des verrues génitales et des cancers liés à ce virus. Il existe trois vaccins dont on a autorisé l'emploi au Canada. Chacun d'eux vous protège contre certaines souches du VPH :

  • Vaccin anti-VPH bivalent : protège contre les souches 16 et 18 du VPH
  • Vaccin anti-VPH quadrivalent : protège contre les souches 6, 11, 16 et 18 du VPH
  • Vaccin anti-VPH nonavalent : protège contre les souches 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58 du VPH
Continuer la lecture